The Blues Brothers

À gauche, Elwood, à droite, Jake. J'ai exactement le même poster dans ma chambre.

The Blues Brothers. L’un des films qui m’a fait le plus rire de toute ma vie.

En gros, c’est l’histoire de deux anciens membre du band <<Blues Brothers>> qui apprennent que l’orphelinat dans laquelle ils ont été élevés va bientôt fermer ses portes à moins qu’elle paye la somme de 25 000 dollars. La mission de Jake et Elwood: Trouver tout cet argent avant la date limite. La solution, la reformation du band et le gain de 25 000 dollars en concert.

Certaines répliques de ce film resteront cultes. Le jeu d’acteur de Dan Aykroyd et de John Belushi est tout simplement excellent. The Blues Brothers est la seule comédie musicale que j’ai aimée de toute ma vie, moi qui déteste particulièrement ce genre.

L’un de mes films préféré, ça c’est sur.

Ensuite, le drame : Blues brothers... deux mille...

Ironiquement, le premier Blues Brothers est le film qui a le plus réussi à me faire rire de ma vie. Le deuxième est CARRÉMENT L’INVERSE. C’est le pire film que j’ai vu de toute mon existence. Oui, il y en a des pires, mais celui là a réussi à me dégouter comme aucun autre film n’a réussi.

Premièrement, l’acteur John Belushi étant mort, il est remplacé par un personnage mille fois moins drôle. Le duo d’enfer est disparu. Scénario totalement nul et incohérent, même les blagues copiées du premier film ne sont pas drôles… Ce film n’a rien.

En gros, voyez The Blues Brothers et ignorez l’existence de The Blues Brothers 2000. Vous serez moins dégouté ainsi..

Arcade Fire

Jeudi dernier, nous étions au spectacle gratuit d’Arcade Fire à la Place des Festivals de Montréal.

Pour être sûr d’avoir de bonnes places nous étions arrivés près de 8 heures avant le spectacle. Ça n’a pas servi à rien, nous étions près de la scène et avons eu la chances d’assister à tous les trucs les plus cools de la soirée.

Le show s’est ouvert 5h et demie après notre arrivé avec Kid Koala.
Ce gars est un malade ! C’est le meilleur DJ du canada, et un des meilleurs au monde. Il fait des solos de guitar et de trompettes en scratchant des vinyls. Voici une aperçu de ce qu’il fait :

Ensuite, nous avons assisté à une performance de Karkwa. Un de nos groupes préférés. Il se situe dans notre top 3 ça c’est sûr. Nous avons trouvé la performance moins bonne qu’à l’habitude mais les critiques dans les journaux ont parlé d’une bonne performance du quintet québecois. Cela est peut-être dû au fait que nous avons trop vu Karkwa en spectacle cette année (nous les adorons vraiment). Nous vous conseillons quand même d’aller les voirs si vous en avez la chance. Ils sont excellents en live, comme sur album d’ailleurs (http://karkwa.bandcamp.com/)

Après le spectacle de Karkwa nous avons eu droit à cela (ci-dessus) pendant une vingtaine de minutes, nous sentions tout le public fébrile.

Puis, finalement, les 8 membres d’Arcade Fire sont entrés sur scène et ont entamé le spectacle avec Ready To Start. Nous avons pu entendre une quinzaine de chansons, les membres du groupes avaient beaucoup d’énergie et le public aussi. Nous avons eu droit à d’excellentes chansons livrés avec brio comme Rebellion (Lies) avec laquelle ils ont commencé le rappel. Ensuite ils ont performé Spraw II, un de mes highlights de la soirée. Non pas à cause de la musique, mais parce que de gros ballons avec des lumières ont été lancés dans la foules. Étant en avant, nous avons donc eu la chance de participer au lançage de ballons. C’était vraiment cool. Voici à quoi ça ressemblait :

À un moment durant le spectacle le chanteur s’est exclamé (en anglais) devant la foule de 80 000 personnes : «On a eu un groupe anglophone, un groupe francophone, et un DJ… Je me sens vraiment comme à la maison, c’est une nuit parfaite!» Ça m’a donné des frissons, je me suis dit que c’était ça Montréal. Le français et l’anglais qui ne se battent pas, mais cohabitent pour former une culture géniale. Une ville où la scène musicale est riches et comprend d’excellents artistes. Certains qui rayonnent à l’international. Selon moi ce spectacle était plus qu’un spectacle, il représentait le Montréal contemporain. Ma ville. C’était la fois de ma vie où j’étais le plus fier d’être montréalais.

Bref, ce fût vraiment une soirée marquante. Elle a aussi confirmé ce que j’avais entendu à propos de la qualité des shows d’Arcade Fire !

Premier vidéo !

Salut tout le monde !

Aujourd’hui est un grand jour pour Wapitimale. Nous mettons en ligne notre première création concrète. Un vidéo de 2 minutes. Vous le décrire serait une chose assez ardu, je vous conseille donc de le regarder. Après tout, ce n’est que 2 minutes.

Nous mettrons éventuellement en ligne une partie 2.

Je tiens à préciser que cette vidéo n’est pas « George » dont nous vous avions parlé et que nous tenons encore mettre en ligne « George » un jour.

Nous attendons vos commentaires et n’hésitez pas à rejoindre la page Facebook Wapitimale ! (Non je déconne, nous n’avons pas de page Facebook et n’en aurons probablement jamais)

Bon vidéo !

Expérimentation avec vinyles

Bonjour tout le monde !

Récemment, j’ai eu une idée de génie. J’ai placé mon vieux lecteur de vinyl cheap proche de mon mixer. Mixer qui est relié à l’ordi et qui me permet d’enregistrer ma bass, ma batterie ainsi que tout ce que mon micro reçoit. J’ai donc branché mon lecteur vinyl d’abord dans une pédale à effets, puis dans le mixer. Le résultat est vraiment étonnant.

Avec le vinyl de la soundtrack de Batman, j’ai trouvé un beat bien funk au début. J’ai ralenti le vinyl et avec ma pédale j’ai essayé de trouver toutes les façons possibles de faire sonner le beat. Énormément de possibilités dont quelques-unes assez démentiel.

Avec le vinyl des symphonies de Beethoven au violon et au piano, on a l’impression d’assister à un concert du pire orchestre au monde comprenant un guitariste qui a abusé de la distortion. C’est très bizarre, aucunement agréable à écouter. Par contre, pour faire peur à ses amis, il n’y a pas mieux. ( Testé et approuvé, surtout quand on fait une face de débile mental en même temps )

Avec le vinyl d’un concert live de Pat Metheny, on obtient un résultat franchement intéressant. Le bruit de la foule en délire est tout simplement hystérique une fois passé dans les effets.  D’ailleurs, certains riffs de guitare sont tout simplement parfait en sampling.

Bref, le résultat n’est pas toujours convainquant, mais le test en valait la peine. Je n’utiliserai probablement pas cette « technologie » dans mes chansons mais le simple fait de le faire m’a divertit pendant au moins trois heures.  J’ai passé le reste de cette soirée-là à écouter des vieux vinyles donc j’ignorais les avoir en ma possession, comme un best-of de Lou Reed et l’album Frank Wild Years de Tom Waits. ( Y a des trucs vraiment pas mal dessus, vous verrez. )

Voici quelques uns des résultats